Correction filiale, hérésie, scandale

Dans la continuité de la lettre adressée au pape en juillet 2016 pour critiquer l’exhortation Amoris laetitia, une nouvelle lettre intitulée Correctio filialis de haeresibus propagatis a été rendue publique le 24 septembre. On y retrouve les propositions considérées comme hérétiques par les signataires, la notion de scandale, la nécessité de correction du pasteur par ses sujets lorsqu’il erre manifestement. Les auteurs se défendent cependant de « s’occuper de la question canonique de l’hérésie », qu’ils estiment ne pas être de leur ressort. La question de l’accès aux sacrements (eucharistie et réconciliation) des divorcés-remariés est au coeur de leur opposition. Ils pointent comme responsables des propositions hérétiques d’Amoris laetitia le « modernisme » et « l’influence de Martin Luther ». Notons que la notion de « censure théologique », présente dans la première lettre, a disparu de cette « correction filiale ». Le texte est disponible ici en plusieurs langues, précédé d’une introduction-résumé.

Premières normes synodales pour l’application d’ « Amoris laetitia » : une interprétation restrictive dans le diocèse de Philadelphie

En publiant le 1er juillet 2016 des Pastoral Guidelines for implementing Amoris Laetitia dans son archidiocèse, l’archevêque de Philadelphie Mgr Charles J. Chaput est le premier à édicter des normes synodales issues de l’exhortation apostolique publiée par le pape le 19 mars 2016 au terme du Synode général sur la famille. Le chapitre 8 de l’exhortation (« Accompagner, discerner et intégrer la fragilité des personnes en situation irrégulière ») est interprété de façon très restrictive, puisque les Guidelines interdisent la communion aux divorcés remariés, aux concubins et aux homosexuels, sauf s’ils « vivent comme frère et soeur », c’est-à-dire en s’abstenant de relations sexuelles.

Un article du Philadelphia Inquirer, 6 juillet 2016

« Amoris laetitia », exhortation apostolique du pape à l’issue du synode sur la famille (19 mars 2016)

A l’issue du synode sur la famille réuni au Vatican à partir du mois de septembre 2015, le pape a émis le 19 mars 2016 une exhortation apostolique, Amoris laetitia, dont le huitième chapitre s’intitule « Accompagner, discerner et intégrer la fragilité des personnes en situation irrégulière ». Est en cause, en particulier, l’accès à la communion des divorcés remariés.

La synthèse d’Amoris laetitia mise en ligne sur le site de l’Eglise catholique de France

 

Levée de l’excommunication encourue pour avortement à l’occasion du « Jubilé de la miséricorde »

A l’occasion du « Jubilé de la miséricorde », de décembre 2015 à novembre 2016, l’archevêque Rino Fisichella, en charge de ce Jubilé, a doté les prêtres nommés « missionnaires de la miséricorde » de la faculté exceptionnelle d’absoudre les fidèles coupables d’avoir procédé à un avortement (passible d’excommunication ipso facto) et repentants : un article de Ouest-France daté du 11 mai 2015. Le pape François, a ensuite étendu cette faculté à d’autres prêtres : un article sur le site de Francetv info, 1er septembre 2015.

Remariage et accès à l’eucharistie : un entretien avec le cardinal Antonelli

Alors que va s’ouvrir à Rome en octobre 2015 le Synode sur la famille, le cardinal Antonelli, président émérite du Conseil pontifical pour la famille, s’entretient avec le Père Santiago Martin, des Franciscains de Marie, au sujet de son livre Crise du mariage et Eucharistie  (Crisi del matrimonio e eucarestia, Milan : Ares, 2015).