XVe Congrès international de droit canonique médiéval, Paris, Sorbonne, 17-23 juillet 2016

Le XVe Congrès international de droit canonique médiéval, organisé par la Iuris Canonici Medii Aevi Consociatio | International Society of Medieval Canon Law réunit 172 intervenants à la Sorbonne (Université de Paris 2, place du Panthéon) du 17 au 23 juillet 2016.

Programme

et

Résumés des communications

Parmi les communications liées au thème des censures canoniques :

Véronique BEAULANDE-BARRAUD, Casus papales et episcopales : les listes de cas réservés du XIIIe au XVe siècle, le 19 juillet à 16h30

Peter CLARKE, Enforcing religious conformity in late medieval England : Lateran IV canon 21 and the church courts, le 22 juillet à 14h

Vianney DOUSSAU, La valeur des sentences ecclésiastiques d’excommunication devant les cours laïques en France sous Louis IX le 20 juillet à 10h30

Anne Josephine DUGGAN, Si quis suadente (Lateran II, c. 15) : contexts and transformations to 1234 le 23 juillet à 16h

Arnaud FOSSIER, Licet non credas excommunicationis sententia incurisse, te absolvimus ad cautelam. Impuissance du droit ou raison administrative ? La théorie et la pratique de l’absolution à cautèle (XIIeXVe siècle), le 23 juillet à 14h

 

Opposition à l’exhortation apostolique « Amoris laetitia » : 45 universitaires et prêtres catholiques demandent aux cardinaux de corriger les « propositions erronées »

Dans une lettre adressée au doyen du collège cardinalice Angelo Sodano et à chacun des 218 autres cardinaux, 45 universitaires et membres du clergé catholique demandent la correction de 19 « propositions erronées » et passibles de « censures théologiques » contenues, selon eux, dans l’exhortation apostolique Amoris laetitia émise par le pape le 19 mars 2016. Est en cause principalement l’esprit de conciliation qui caractérise le chapitre 8 de l’exhortation, intitulé « Accompagner, discerner et intégrer la fragilité des personnes en situation irrégulière ».

Des articles du National Catholic Register, qui rendu la lettre publique le 11 juillet 2016, et de La Croix, 12 juillet 2016

Premières normes synodales pour l’application d’ « Amoris laetitia » : une interprétation restrictive dans le diocèse de Philadelphie

En publiant le 1er juillet 2016 des Pastoral Guidelines for implementing Amoris Laetitia dans son archidiocèse, l’archevêque de Philadelphie Mgr Charles J. Chaput est le premier à édicter des normes synodales issues de l’exhortation apostolique publiée par le pape le 19 mars 2016 au terme du Synode général sur la famille. Le chapitre 8 de l’exhortation (« Accompagner, discerner et intégrer la fragilité des personnes en situation irrégulière ») est interprété de façon très restrictive, puisque les Guidelines interdisent la communion aux divorcés remariés, aux concubins et aux homosexuels, sauf s’ils « vivent comme frère et soeur », c’est-à-dire en s’abstenant de relations sexuelles.

Un article du Philadelphia Inquirer, 6 juillet 2016

« Amoris laetitia », exhortation apostolique du pape à l’issue du synode sur la famille (19 mars 2016)

A l’issue du synode sur la famille réuni au Vatican à partir du mois de septembre 2015, le pape a émis le 19 mars 2016 une exhortation apostolique, Amoris laetitia, dont le huitième chapitre s’intitule « Accompagner, discerner et intégrer la fragilité des personnes en situation irrégulière ». Est en cause, en particulier, l’accès à la communion des divorcés remariés.

La synthèse d’Amoris laetitia mise en ligne sur le site de l’Eglise catholique de France

 

L’Église et la chair, XIIe-XIVe s. : 52e Colloque de Fanjeaux, 4-7 juillet 2016

52e Colloque de Fanjeaux, 4-7 juillet 2016

L’ÉGLISE ET LA CHAIR (XIIe-XVe s.)

sous la présidence de Julien Théry-Astruc (Univ. Lumière de Lyon )

Programme officiel & fiche d’inscription

   Ce que nous appelons la sexualité était conçu au Moyen Âge, selon une anthropologie chrétienne dominante, comme l’expression par excellence de la « chair », elle-même antagoniste de l’esprit. Cause et conséquence de la Chute, perpétuation ici-bas du péché originel, « pollution » susceptible de déclencher la colère du Ciel et de compromettre le salut collectif, le sexe était tenu pour intrinsèquement mauvais depuis l’Antiquité tardive et les écrits des Pères, tout « commerce charnel » étant nécessairement soumis au contrôle ecclésiastique. À partir du XIIe siècle cependant, et tout au long d’un « second Moyen Âge » moins rigoriste, marqué par la puissance nouvelle du laïcat, le plaisir charnel fit aussi l’objet d’une certaine valorisation, quoique sous condition, de la part de la théologie morale. Le 52e colloque de Fanjeaux aborde sous l’angle des pratiques aussi bien que des discours une matière un peu délaissée ces derniers temps dans l’historiographie française, par opposition à l’abondance des travaux entrepris dans le monde anglophone, et alors que les recherches de Jean-Louis Flandrin et de Jacques Rossiaud avaient naguère ouvert la voie. Seize historiens, venus de France mais aussi d’Angleterre et des États-Unis, se pencheront sur les normes et les images de la sexualité comme sur son gouvernement effectif dans les sphères laïque et cléricale. Dans le Midi comme ailleurs, hantise de la luxure (en particulier de l’adultère) et souci de la « continence », dans le cadre du mariage ou de la chasteté imposée aux hommes d’Église, ordonnaient la vie sociale avec une efficacité toute relative. Une certaine spécificité méridionale tint sans doute aux résistances que rencontra au sud de la Loire la grande réforme ecclésiastique lancée au xie siècle, résistances – parfois réprimées comme hérésies – à la nouvelle discipline pastorale et au cléricalisme romain.

Lundi 4 juillet

9h15 : Ouverture du colloque.

9h30 : Jacques Rossiaud (Université Lumière Lyon), Introduction. État de la question.

I. De la réforme a l’hérésie

10h15 : Robert I. Moore (Université de Newcastle), Célibat, mariage et réforme : le problème dans le Midi.

11h00 : Mark G. Pegg (Washington University, Saint Louis, Missouri), L’art de vivre : amour, cortezia et hérésie avant la Croisade albigeoise.

14h30 : Jean-Louis Biget (ENS de Lyon), Les dissidents et la chair, selon leurs adversaires.

15h15 : Jacques Paul (Aix-Marseille Université), La chair chez les croyants hérétiques.

II. Images et discours

16h00 : Christina Weising (Montpellier), Représentations sexuelles et obscènes dans la sculpture des églises méridionales (XIe-XIVe s.).

Mardi 5 juillet

9h00 : Alessia Trivellone (Université Paul-Valéry Montpellier), De la honte d’Adam et Ève à l’exhibition du sexe : la chair dans les manuscrits des Coutumes méridionales.

9h45 : Alexis Charansonnet (Université Lumière Lyon), Dominique et la chair d’après les sermons d’Eudes de Châteauroux.

10h30 : Jacques Berlioz (CNRS, Paris), La place de la chair dans les recueils d’exempla méridionaux (XIIIe-XIVe s.)

11h15 : Corinne Leveleux (Université d’Orléans), Le sexe des anges. L’Église et le mariage des enfants : le point de vue de quelques canonistes méridionaux (xiie-xive s.).

 III.  Le gouvernement de la chair : clercs et laïcs

14h30 : Julien Théry-Astruc (Université Lumière Lyon), Théocratie épiscopale et gouvernement de la chair : le cas de Bernard de Castanet, évêque d’Albi (1276-1308).

15h15 : Michelle Armstrong-Partida (Université du Texas à El Paso), Clercs mariés et clercs concubinaires en Catalogne au xive siècle d’après les visites pastorales.

16h00 : John H. Arnold (Birkbeck College, Université de Londres), Sexualité et déshonneur dans le Midi (xiiie-xive s.) : les péchés de la chair et l’opinion collective. 

16h45 : Franck Collard (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense), Des Borgia en Armagnac ? Le comte, sa sœur, l’Église et le roi. Réflexions sur l’inceste de Jean V (1420-1473).

 Mercredi 6 juillet

Excursion. De Mirepoix aux abbayes du pays de Limoux, Alet-les-Bains, Saint-Polycarpe et Saint-Hilaire

Jeudi 7 juillet

IV. « Incontinences de la chair » en milieu regulier

9h00 : Sylvie Caucanas (Archives départementales de l’Aude), Viols et homicides. Les cisterciens de l’abbaye de Fontfroide en accusation (XIVe siècle).

9h45 : Julien Théry-Astruc (Université Lumière Lyon), De l’élection disputée aux accusations d’« incontinence » et d’alia facinora : une enquête pontificale au monastère des augustiniennes de Sainte-Marie de la Rive (diocèse de Maguelone), 1322-1327.

 10h15 : Sophie Brouquet (Université Jean-Jaurès Toulouse), Société et justice face à l’inconduite des religieuses dans la région toulousaine au XVe siècle.

11h30 : Conclusions, par Julien Théry-Astruc.