Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen (Nantes, 3-5 octobre 2018)

Pluralisme religieux, sociétés plurielles :

les religions dans l’espace public européen

Colloque international de L’Institut du Pluralisme Religieux et de l’Athéisme (IFPRA) Nantes, 3-5 octobre 2018

Site web du colloque

Programme

Pour l’historien Tony Judt, l’identité est un mot dangereux. Souvent basées sur des conceptions essentialistes et anhistoriques de la nation ou de la religion, les politiques identitaires remettent aujourd’hui en question les fondements pluralistes et multi-religieux des sociétés en Europe et au-delà. Ce colloque propose d’explorer ce en quoi la diversité religieuse et culturelle a toujours constitué un élément important des sociétés européennes. Nous nous pencherons sur la manière dont divers États ont accommodé la religion en général et des organisations religieuses en particulier, en prêtant une attention particulière aux questions d’identité de groupe et de liberté individuelle ainsi qu’à la distinction entre espaces privé et public et en interrogeant les termes et les logiques de proximité, d’échanges, de relations et d’emboitement entre les sociétés et les Etats dans cet espace en constante mutation. Il sera essentiel de toujours se demander de quelle Europe, de quels espaces publics et de quelles sociétés européennes on parle – l’Europe d’aujourd’hui, souvent identifiée de manière trop simpliste à un projet politique spécifique, l’Union européenne, et aux relations à ses espaces voisins méditerranéens et orientaux n’est pas la même que celle de 1914, encore moins celle du moyen âge ou du XVIe siècle.

Le paysage confessionnel de cet espace est à la fois systématiquement marqué par la diversité et constamment en évolution, en mouvement. Les religions changent continuellement. Dit d’une autre manière, les croyants et pratiquants adaptent continuellement leur pratiques et croyances religieuses aux réalités sociales et politiques changeantes. Par exemple, de nombreux chrétiens ou musulmans considèrent leur religion comme immuable : les appels au changement, les doctrines ou pratiques réformistes sont souvent présentés comme des efforts de « retour » à une pureté originelle perdue, un apogée supposée (l’âge des Apôtres, du Prophète et de ses compagnons, « l’Âge d’Or » de l’Église au XIIIe siècle…). Ce schéma a pour effet d’essentialiser la religion et peut mener au fondamentalisme ainsi qu’à un rejet doctrinaire de versions rivales de sa propre religion (Judaïsme Rabbinique/Karaïsme, Catholicisme/Protestantisme, Sunnisme/Chiisme) et des éléments séculiers de la modernité. Une telle essentialisation provenant d’une source extérieure à la tradition religieuse peut les conduire à la rejeter, à la considérer comme « obscurantiste » ou incompatible avec les valeurs séculières contemporaines. Et pourtant, les religions sont en perpétuel mouvement : les formes diverses de Judaïsme ou de Bouddhisme pratiquées aujourd’hui en Europe sont différentes de celles qu’on pouvait trouver il y a des siècles, ou de celles qu’on trouve encore aujourd’hui dans d’autres parties du monde.

Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés européennes et dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches favorisant le dialogue entre les disciplines. Les communications pourront être proposées en français ou en anglais. En parallèle, nous organiserons une série d’ateliers en français pour les professionnels, les décideurs politiques et pour tous les publics intéressés par les défis et possibilités que pose la diversité dans la pratique religieuse et la foi aux sociétés du XXIe siècle.

Formes comparées de la coercition, de l’exclusion et de la réinclusion dans les traditions du judaïsme, du christianisme et de l’islam, des origines à nos jours : Lyon, 4-5 octobre 2018

LES FORMES COMPARÉES DE LA COERCITION, DE L’EXCLUSION ET DE LA RÉINCLUSION DANS LES TRADITIONS DU JUDAÏSME, DU CHRISTIANISME ET DE L’ISLAM, DES ORIGINES A NOS JOURS

Colloque organisé par l’UMR 5648 – CIHAM, en collaboration avec l’École Française de Rome, l’Institut d’étude de l’Islam et des sociétés du monde musulman (CNRS/EHESS), l’IUF et le CERHIC EA2616 (Univ. de Reims)

Lyon, Archives départementales et métropolitaines, Auditorium

34 avenue du général Mouton-Duvernet, 69003 Lyon

4-5 octobre 2018

 

 Le cycle de recherches collectives Fulmen a pour objet l’histoire des sanctions (ou censures) spirituelles dans la tradition chrétienne (excommunications, interdit, suspense), des origines à nos jours. En étudiant le fonctionnement et les usages de ces « censures », dont les attendus théologiques et les formes juridiques sont demeurées très stables depuis le Moyen Âge, c’est le régime des relations entre le religieux et le politique dans le temps long de l’histoire occidentale que l’on souhaite éclairer.

Le présent colloque, premier du cycle, vise à poser d’emblée un horizon comparatif par une confrontation avec les caractères de la contrainte religieuse dans les traditions hébraïques et musulmanes, de façon à mieux dégager les spécificités du christianisme – tout en soulignant celles du judaïsme et de l’islam.

On mettra donc en parallèle, lors de cette manifestation inaugurale, les formes du nidouy (exclusion temporaire) et du herem (mise à l’écart radicale) juifs, celles du takfîr (déclaration de mécréance) musulman, et celles de l’excommunication (principalement catholiques, mais également protestante et orthodoxes). La notion d’hérésie et les phénomènes de violence religieuse seront nécessairement pris en considération, comme formes et débouchés extrêmes de la condamnation spirituelle.

Une telle démarche demeure assez rare, aussi bien dans le champ historiographique que dans celui des études religieuses. Plusieurs publications récentes ont certes tenté une comparaison des concepts assimilables à celui d’« hérésie » dans les trois monothéismes[1]. Les modalités de la condamnation religieuse ont également fait l’objet d’un regain d’attention ces dernières années pour l’Occident médiéval[2] et pour l’islam[3] – mais de façon séparée. L’approche comparative générale, telle qu’elle est tentée ici, constitue un pari nouveau.

Deux grands axes organiseront la réflexion.

Le premier considérera les divers formes et degrés d’intensité de l’usage des sanctions dans l’exercice du gouvernement religieux, corrélé aux divers degrés de sophistication du fonctionnement de ces sanctions –  avec pour principal point de repère historique « l’âge d’or du gouvernement par les sanction spirituelles » que représentent les XIIe-XIVe siècles en Occident. Même si la Chrétienté latine a connu au second Moyen Âge une diffraction et dissémination du pouvoir de lancer des sanctions canoniques, la forte centralisation institutionnelle de l’Église catholique contribue probablement à expliquer la place spéciale prise par ces instruments de gouvernement, par opposition avec des mondes hébraïques et musulmans marqués par la pluralité des autorités et par des régimes de relation différents entre médiateurs (« clergés ») et simples fidèles.

Le second axe envisagera les situations actuelles, dans la vie religieuse (et politique) des sociétés contemporaines. L’approche en terme de « traditions », c’est-à-dire d’héritage constamment réinterprété, permet une mise en perspective historique pertinente des situations contemporaines : radicalisations politiques de l’islam, crise actuellement suscitée au sein de l’Église catholique par la « modernisation » via l’accès aux sacrements de fidèles en situation d’irrégularité, fragmentation du judaïsme.

Les enseignements qui seront tirés de cette approche comparative permettront de mettre en perspective générale les travaux sur l’histoire du fonctionnement des sanctions spirituelles (colloque prévu à Rome, janvier 2019), sur le rôle (géo)politique des sanctions (Lyon, 2020) et sur les résistances qu’elles suscitent (Rome, 2021).

L’ensemble des résultats du cycle de recherches Fulmen fera l’objet d’un livre collectif, à paraître dans la collection de l’École française de Rome ou dans celle du CIHAM en 2022.

[1] Voir en particulier Christine Caldwell Ames, Medieval Heresies : Christianity, Judaism, and Islam, Cambridge University Press, 2015 ; Christian Brouwer, Guillaume Dye et Anja Van Rompaey, éd.,  Hérésies : une construction d’identités religieuses, Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 2015.

[2] ­Voir notamment Geneviève Bührer-Thierry, Stéphane Gioanni, Exclure de la communauté chrétienne. Sens et pratiques sociales de l’anathème et de l’excommunication (IVeXIIe s.), Turnhout : Brepols, 2015 ; colloque international  Droit et exclusion dans les sociétés chrétiennes, XIe-XVe siècle, Univ. de Besançon, 23-25 octobre 2014, org. Émilie Rosenblieh ; colloque international Das Interdikt in der europäischen Vormoderne, institut allemand de Venise, 27-29 avril 2017, org. Tobias Daniels, Christian Jaser, Thomas Woelki.

[3] Camilla Adang, Hassan Ansari, Maribel Fierro, Sabine Schmidtke, dir., Accusations of Unbelief in Islam: A Diachronic Perspective on Takfir, Leyde : Brill, 2016 ; Myriam Benraad, L’État islamique pris aux mots, Paris : Armand Colin, 2017.

SCOMUNICA E INTERDETTO NELLA TOSCANA DEL TARDO MEDIO EVO (San Miniato, 10 mai 2018)

SCOMUNICA E INTERDETTO NELLA TOSCANA DEL TARDO MEDIO EVO
Giornata di studio
10 maggio 2018
San Miniato – Sala Consiliare del Palazzo Comunale

Ore 10,30
Saluti delle autorità

GIULIA RAINS
Separare dalla comunità.
Scomunica e censure ecclesiastiche: prospettive di indagine nella medievistica recente

MAURO RONZANI
Pisa 1241-1257: l’interdetto e la sua remissione

MICHELE PELLEGRINI
Siena dalla scomunica all’ordine guelfo (1267-1270)
sanzioni e assoluzioni nella storia e nell’agiografia di Ambrogio Sansedoni

*
Ore 15
PIERLUIGI LICCIARDELLO
L’Arezzo dei Tarlati tra scomunica e interdetto (1319-1344)

SOLAL ABELES
L’Interdetto su Colle Val d’Elsa e la lotta sull’ospedale comunale
nella seconda metà del XIV secolo

RAFFAELE SAVIGNI
La chiesa di Lucca e le sanzioni canoniche sotto e dopo la signoria di Castruccio (1323-1340)

FRANCESCO SALVESTRINI
Firenze nella guerra degli Otto Santi

JULIEN THÉRY-ASTRUC
L’età d’oro delle sanzioni canoniche come mezzo del governo ecclesiastico
Considerazioni conclusive

 

ANTONIA FIORI, « ESPROPRIARE E SCOMUNICARE », 2018

Sortie du livre d’Antonia Fiori (Università La Sapienza, Roma, Dipartimento di Scienze giuridiche),

Espropriare e scomunicare. L’executio parata delle obbligazioni camerali (secoli XIV-XIX), Naples, Jovene editore, 2018.

L’ « exécution parée » permettait de donner force exécutoire à un acte officiel, sans autre formalité.

Couverture et table des matières sur le site Academia.edu

 

Excommunier le MRJC ?

Les 19 et 20 janvier 2018, à la veille de la « Marche pour la vie » organisée à Paris par le collectif du même nom réunissant des associations catholiques, le MRJC (Mouvement Rural des Jeunes Chrétiens) a publié deux communiqués successifs se désolidarisant de cette manifestation. Le premier affirmait que le MRJC considère l’accès à l’IVG comme « un droit fondamental pour les femmes et les couples ». Le second, devant les réactions, invitait à ouvrir un espace de débat sur le sujet au sein de l’Eglise.

Plusieurs responsables catholiques réagissent en effet au communiqué, l’IVG relevant pour plusieurs d’entre eux des « points non négociables » au sein de l’Eglise. Mgr Ginoux, évêque de Montauban, annonce ne plus reconnaître le MRJC comme mouvement catholique.

L’IVG est une cause d’excommunication latae sententiae selon le Code de droit canonique de 1983 (art. 1398). Le pape François en a simplifié les modalités d’absolution à l’occasion de l’année de la Miséricorde (selon des modalités déjà effectives dans de nombreux diocèses).

Correction filiale, hérésie, scandale

Dans la continuité de la lettre adressée au pape en juillet 2016 pour critiquer l’exhortation Amoris laetitia, une nouvelle lettre intitulée Correctio filialis de haeresibus propagatis a été rendue publique le 24 septembre. On y retrouve les propositions considérées comme hérétiques par les signataires, la notion de scandale, la nécessité de correction du pasteur par ses sujets lorsqu’il erre manifestement. Les auteurs se défendent cependant de « s’occuper de la question canonique de l’hérésie », qu’ils estiment ne pas être de leur ressort. La question de l’accès aux sacrements (eucharistie et réconciliation) des divorcés-remariés est au coeur de leur opposition. Ils pointent comme responsables des propositions hérétiques d’Amoris laetitia le « modernisme » et « l’influence de Martin Luther ». Notons que la notion de « censure théologique », présente dans la première lettre, a disparu de cette « correction filiale ». Le texte est disponible ici en plusieurs langues, précédé d’une introduction-résumé.

Das Interdikt in der europäischen Vormoderne : colloque international, Venise, 27-29 avril 2017

Colloque international

Centro tedesco di studi

DAS INTERDIKT IN DER EUROPÄISCHEN VORMODERNE

Venise, 27-29 avril 2017

organisé par Tobias Daniels, Christian Jaser, Thomas Woelki

Affiche – Programme

Donnerstag, 27. April 2017

13.00-13.30. Tobias Daniels (Rom/München), Christian Jaser (Berlin), Thomas Woelki (Berlin) : Begrüßung und Einführung

Sektion I: Das Interdikt als kanonistisches Problem

13.30-14.15. Kerstin Hitzbleck (Ahrensburg) : Facta relaxatione interdicti, deridebant presbyteros celebrantes. Das Interdikt im Spätmittelalter als Katalysator individueller Gewissensentscheidungen

14.15-15.00. Bernardo Pieri (Bologna) : Il caso di denegato interdetto in un consilium de causa criminali di Paolo da Castro

15.00-15.30. Kaffeepause

15.30-16.15. Thomas Woelki (Berlin) : Cusanus und das Interdikt. Norm und Praxis

16.15-17.00. Giovanni Chiodi (Mailand) : L’interdetto nella canonistica dell’età moderna: il contributo di Diego de Covarrubias

17.00-17.45. Romedio Schmitz-Esser (Venedig) : Der Diskurs um den Ausschluss von der Bestattung als Affirmation christlicher Gemeinschaft

18.00-19.30. Öffentlicher Abendvortrag : Peter D. Clarke (Southampton), Interdicts in Premodern Europe: Current State of Research and Future Perspectives

Freitag, 28. April 2017

Sektion II: Städtische Interdikte zwischen Observanz und Widerstand

9.00-9.45. Johannes Helmrath (Berlin) : Das Interdikt in der städtischen Lebenswelt des späten Mittelalters

9.45-10.30. Uwe Israel (Dresden) : Altera Roma? Die Folgen von Exkommunikation und Interdikt im mittelalterlichen Venedig

10.30-11.00. Kaffeepause

11.00-11.45. Christian Jaser (Berlin) : Unheiliges Köln ? Interdikte über Köln und ihre Bewältigung im Kontext erzbischöflich-städtischer Auseinandersetzungen (1250-1350)

11.45-12.30. Julien Théry-Astruc (Lyon) : Pope Boniface VIII and the Interdict on the City of Pamiers (1297-1301)

12.30-14.30. Mittagspause

14.30-15.15. Solal Abélès (Paris) : The Interdict on Colle Val d’Elsa and the Struggle about the Communal Hospital in the Second Half of the 14th Century

15.15-16.00. Natalie Krentz (Erlangen) : Interdikt und Stadtreformation am Beispiel der Stadt Wittenberg (1512-1515)

16.00-16.30. Kaffeepause

Sektion III: Das Interdikt als publizistischer Streitfall

16.30-17.15. Martin Kaufhold (Augsburg) : Der publizistische Kampf um das päpstliche Interdikt über Deutschland (1324-1347)

17.15-18.00. Heike Johanna Mierau (Erlangen) : Das Interdikt als Konfliktmittel gegen Kaiser Friedrich II. und seine propagandistische Wirkung

Samstag, 29. April 2017

9.30-10.15. Tobias Daniels (Rom/München) : Florenz und das Interdikt 1478-1480

10.15.-11.00. Massimo Rospocher (Trient) : Papst Julius II. und das Interdikt im Spiegel der kritischen Publizistik

11.00-11.30. Kaffeepause

11.30-12.15. Jaska Kainulainen (Helsinki) : Paolo Sarpi and the Venetian Interdict of 1606/7

12.15-13.00. Abschlussdiskussion.

Séminaire du laboratoire HISOMA Autorité et censure des Pères de l’Église – Lyon, 6 avril 2017

Séminaire du laboratoire HISOMA

AUTORITE ET CENSURE DES PERES DE L’EGLISE

DANS L’ANTIQUITE ET LE HAUT MOYEN ÂGE

Jeudi 6 avril 2017, 14h30-16h30

Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon

contact : stephane.gioanni@univ-lyon2.fr

Autorité et censure des Pères de l’Eglise, affiche

Conférence de Tyler Lange sur l’excommunication pour dette. ENS, 24 mars 2017

Tyler Lange (University of California, Berkeley) est professeur invité à l’Ecole Normale Supérieure au mois de mars 2017. Il donnera notamment une conférence dans le cadre du séminaire de François Menant et de Giuliano Milani sur L’excommunication pour dettes en France à la fin du Moyen Âge.

Elle aura lieu le vendredi 24 mars (14h30-16h30), à l’Ecole Normale Supérieure : 45, rue d’Ulm, 75005 Paris ; salle d’histoire (escalier D, 2e étage).

Cette conférence sera précédée d’une séance d’introduction par Giuliano Milani le vendredi 17 mars 2017 (14h30-16h30, en salle d’histoire).

Tyler Lange donnera deux autres conférences :

– dans le cadre du séminaire de François Menant et Giuliano Milani, le vendredi 10 mars 2017 (14h30-16h30, en salle d’histoire) : Les transformations des formes de tenure et des modèles de possession foncière

– dans le cadre du séminaire de Benoît Schmitz, le mercredi 22 mars 2017 (10h-12h, en salle d’histoire) : Aux origines de la monarchie absolue : l’Eglise et sa réforme en France au début du XVIe siècle. Discutants : Jean-Marie Le Gall (Paris I / IHMC) et Thierry Amalou (Paris I / IHMC).

Tyler Lange a notamment publié :

  • The First French Reformation. Church Reform and the Origins of the Old Regime, New York, Cambridge University Press, 2014.
  • Excommunication for Debt in Late Medieval France. The Business of Salvation, Cambridge, Cambridge University Press, 2016.

http://www.histoire.ens.fr/Tyler-Lange.html

 

XVe Congrès international de droit canonique médiéval, Paris, Sorbonne, 17-23 juillet 2016

Le XVe Congrès international de droit canonique médiéval, organisé par la Iuris Canonici Medii Aevi Consociatio | International Society of Medieval Canon Law réunit 172 intervenants à la Sorbonne (Université de Paris 2, place du Panthéon) du 17 au 23 juillet 2016.

Programme

et

Résumés des communications

Parmi les communications liées au thème des censures canoniques :

Véronique BEAULANDE-BARRAUD, Casus papales et episcopales : les listes de cas réservés du XIIIe au XVe siècle, le 19 juillet à 16h30

Peter CLARKE, Enforcing religious conformity in late medieval England : Lateran IV canon 21 and the church courts, le 22 juillet à 14h

Vianney DOUSSAU, La valeur des sentences ecclésiastiques d’excommunication devant les cours laïques en France sous Louis IX le 20 juillet à 10h30

Anne Josephine DUGGAN, Si quis suadente (Lateran II, c. 15) : contexts and transformations to 1234 le 23 juillet à 16h

Arnaud FOSSIER, Licet non credas excommunicationis sententia incurisse, te absolvimus ad cautelam. Impuissance du droit ou raison administrative ? La théorie et la pratique de l’absolution à cautèle (XIIeXVe siècle), le 23 juillet à 14h

 

Opposition à l’exhortation apostolique « Amoris laetitia » : 45 universitaires et prêtres catholiques demandent aux cardinaux de corriger les « propositions erronées »

Dans une lettre adressée au doyen du collège cardinalice Angelo Sodano et à chacun des 218 autres cardinaux, 45 universitaires et membres du clergé catholique demandent la correction de 19 « propositions erronées » et passibles de « censures théologiques » contenues, selon eux, dans l’exhortation apostolique Amoris laetitia émise par le pape le 19 mars 2016. Est en cause principalement l’esprit de conciliation qui caractérise le chapitre 8 de l’exhortation, intitulé « Accompagner, discerner et intégrer la fragilité des personnes en situation irrégulière ».

Des articles du National Catholic Register, qui rendu la lettre publique le 11 juillet 2016, et de La Croix, 12 juillet 2016

Premières normes synodales pour l’application d’ « Amoris laetitia » : une interprétation restrictive dans le diocèse de Philadelphie

En publiant le 1er juillet 2016 des Pastoral Guidelines for implementing Amoris Laetitia dans son archidiocèse, l’archevêque de Philadelphie Mgr Charles J. Chaput est le premier à édicter des normes synodales issues de l’exhortation apostolique publiée par le pape le 19 mars 2016 au terme du Synode général sur la famille. Le chapitre 8 de l’exhortation (« Accompagner, discerner et intégrer la fragilité des personnes en situation irrégulière ») est interprété de façon très restrictive, puisque les Guidelines interdisent la communion aux divorcés remariés, aux concubins et aux homosexuels, sauf s’ils « vivent comme frère et soeur », c’est-à-dire en s’abstenant de relations sexuelles.

Un article du Philadelphia Inquirer, 6 juillet 2016

« Amoris laetitia », exhortation apostolique du pape à l’issue du synode sur la famille (19 mars 2016)

A l’issue du synode sur la famille réuni au Vatican à partir du mois de septembre 2015, le pape a émis le 19 mars 2016 une exhortation apostolique, Amoris laetitia, dont le huitième chapitre s’intitule « Accompagner, discerner et intégrer la fragilité des personnes en situation irrégulière ». Est en cause, en particulier, l’accès à la communion des divorcés remariés.

La synthèse d’Amoris laetitia mise en ligne sur le site de l’Eglise catholique de France

 

L’Église et la chair, XIIe-XIVe s. : 52e Colloque de Fanjeaux, 4-7 juillet 2016

52e Colloque de Fanjeaux, 4-7 juillet 2016

L’ÉGLISE ET LA CHAIR (XIIe-XVe s.)

sous la présidence de Julien Théry-Astruc (Univ. Lumière de Lyon )

Programme officiel & fiche d’inscription

   Ce que nous appelons la sexualité était conçu au Moyen Âge, selon une anthropologie chrétienne dominante, comme l’expression par excellence de la « chair », elle-même antagoniste de l’esprit. Cause et conséquence de la Chute, perpétuation ici-bas du péché originel, « pollution » susceptible de déclencher la colère du Ciel et de compromettre le salut collectif, le sexe était tenu pour intrinsèquement mauvais depuis l’Antiquité tardive et les écrits des Pères, tout « commerce charnel » étant nécessairement soumis au contrôle ecclésiastique. À partir du XIIe siècle cependant, et tout au long d’un « second Moyen Âge » moins rigoriste, marqué par la puissance nouvelle du laïcat, le plaisir charnel fit aussi l’objet d’une certaine valorisation, quoique sous condition, de la part de la théologie morale. Le 52e colloque de Fanjeaux aborde sous l’angle des pratiques aussi bien que des discours une matière un peu délaissée ces derniers temps dans l’historiographie française, par opposition à l’abondance des travaux entrepris dans le monde anglophone, et alors que les recherches de Jean-Louis Flandrin et de Jacques Rossiaud avaient naguère ouvert la voie. Seize historiens, venus de France mais aussi d’Angleterre et des États-Unis, se pencheront sur les normes et les images de la sexualité comme sur son gouvernement effectif dans les sphères laïque et cléricale. Dans le Midi comme ailleurs, hantise de la luxure (en particulier de l’adultère) et souci de la « continence », dans le cadre du mariage ou de la chasteté imposée aux hommes d’Église, ordonnaient la vie sociale avec une efficacité toute relative. Une certaine spécificité méridionale tint sans doute aux résistances que rencontra au sud de la Loire la grande réforme ecclésiastique lancée au xie siècle, résistances – parfois réprimées comme hérésies – à la nouvelle discipline pastorale et au cléricalisme romain.

Lundi 4 juillet

9h15 : Ouverture du colloque.

9h30 : Jacques Rossiaud (Université Lumière Lyon), Introduction. État de la question.

I. De la réforme a l’hérésie

10h15 : Robert I. Moore (Université de Newcastle), Célibat, mariage et réforme : le problème dans le Midi.

11h00 : Mark G. Pegg (Washington University, Saint Louis, Missouri), L’art de vivre : amour, cortezia et hérésie avant la Croisade albigeoise.

14h30 : Jean-Louis Biget (ENS de Lyon), Les dissidents et la chair, selon leurs adversaires.

15h15 : Jacques Paul (Aix-Marseille Université), La chair chez les croyants hérétiques.

II. Images et discours

16h00 : Christina Weising (Montpellier), Représentations sexuelles et obscènes dans la sculpture des églises méridionales (XIe-XIVe s.).

Mardi 5 juillet

9h00 : Alessia Trivellone (Université Paul-Valéry Montpellier), De la honte d’Adam et Ève à l’exhibition du sexe : la chair dans les manuscrits des Coutumes méridionales.

9h45 : Alexis Charansonnet (Université Lumière Lyon), Dominique et la chair d’après les sermons d’Eudes de Châteauroux.

10h30 : Jacques Berlioz (CNRS, Paris), La place de la chair dans les recueils d’exempla méridionaux (XIIIe-XIVe s.)

11h15 : Corinne Leveleux (Université d’Orléans), Le sexe des anges. L’Église et le mariage des enfants : le point de vue de quelques canonistes méridionaux (xiie-xive s.).

 III.  Le gouvernement de la chair : clercs et laïcs

14h30 : Julien Théry-Astruc (Université Lumière Lyon), Théocratie épiscopale et gouvernement de la chair : le cas de Bernard de Castanet, évêque d’Albi (1276-1308).

15h15 : Michelle Armstrong-Partida (Université du Texas à El Paso), Clercs mariés et clercs concubinaires en Catalogne au xive siècle d’après les visites pastorales.

16h00 : John H. Arnold (Birkbeck College, Université de Londres), Sexualité et déshonneur dans le Midi (xiiie-xive s.) : les péchés de la chair et l’opinion collective. 

16h45 : Franck Collard (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense), Des Borgia en Armagnac ? Le comte, sa sœur, l’Église et le roi. Réflexions sur l’inceste de Jean V (1420-1473).

 Mercredi 6 juillet

Excursion. De Mirepoix aux abbayes du pays de Limoux, Alet-les-Bains, Saint-Polycarpe et Saint-Hilaire

Jeudi 7 juillet

IV. « Incontinences de la chair » en milieu regulier

9h00 : Sylvie Caucanas (Archives départementales de l’Aude), Viols et homicides. Les cisterciens de l’abbaye de Fontfroide en accusation (XIVe siècle).

9h45 : Julien Théry-Astruc (Université Lumière Lyon), De l’élection disputée aux accusations d’« incontinence » et d’alia facinora : une enquête pontificale au monastère des augustiniennes de Sainte-Marie de la Rive (diocèse de Maguelone), 1322-1327.

 10h15 : Sophie Brouquet (Université Jean-Jaurès Toulouse), Société et justice face à l’inconduite des religieuses dans la région toulousaine au XVe siècle.

11h30 : Conclusions, par Julien Théry-Astruc.