Correction filiale, hérésie, scandale

Dans la continuité de la lettre adressée au pape en juillet 2016 pour critiquer l’exhortation Amoris laetitia, une nouvelle lettre intitulée Correctio filialis de haeresibus propagatis a été rendue publique le 24 septembre. On y retrouve les propositions considérées comme hérétiques par les signataires, la notion de scandale, la nécessité de correction du pasteur par ses sujets lorsqu’il erre manifestement. Les auteurs se défendent cependant de « s’occuper de la question canonique de l’hérésie », qu’ils estiment ne pas être de leur ressort. La question de l’accès aux sacrements (eucharistie et réconciliation) des divorcés-remariés est au coeur de leur opposition. Ils pointent comme responsables des propositions hérétiques d’Amoris laetitia le « modernisme » et « l’influence de Martin Luther ». Notons que la notion de « censure théologique », présente dans la première lettre, a disparu de cette « correction filiale ». Le texte est disponible ici en plusieurs langues, précédé d’une introduction-résumé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.