Appel à contributions : Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles (déclaration, promulgation, publication, réitération, réconciliation, absolution) dans le temps long de la tradition chrétienne

FULMEN 2

Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles (déclaration, promulgation, publication, réitération, réconciliation, absolution) dans le temps long de la tradition chrétienne

 

Colloque international (École Française de Rome, CIHAM-UMR 5648)

Rome, École française de Rome, lundi 14 et mardi 15 janvier 2019

 

Après les journées organisées à Lyon (octobre 2018), centrées sur une comparaison générale entre les formes de la coercition religieuse dans les traditions des trois grands monothéismes, et avant les colloques qui seront consacrés aux effets (géo)politiques des sanctions spirituelles (2020), puis aux résistances qu’elles ont rencontrées (2021), cette deuxième rencontre du cycle de recherches FULMEN est entièrement consacrée aux mécanismes et au fonctionnement de l’excommunication, de l’interdit et de la suspense, des origines à nos jours.

L’approche ici privilégiée, qui n’est guère représentée dans l’historiographie malgré l’actuel regain d’intérêt pour cette matière, consiste à examiner la pratique des sanctions spirituelles en portant d’abord l’attention sur leurs modalités formelles. Les études considèrent en général directement les enjeux contextuels des « condamnations », sans s’arrêter à leurs formes précises – lesquelles restent le plus souvent dans le flou1. Il ne s’agira donc pas d’évoquer en premier lieu, ni pour elles-mêmes, les configurations historiques d’ensemble dans lesquelles les sanctions (ou les menaces de sanctions) surviennent, mais de s’intéresser au départ aux détails techniques (en particulier juridiques) de ces dernières, à leurs modalités concrètes (notamment du point de vue de la chronologie détaillée), qui seront rapportés aux situations pour considérer les divers effets : sur les consciences individuelles, en termes d’opinion collective et de pression sociale, de construction de cadres de négociation entre le ou les détenteurs de l’autorité et les réfractaires, non sans considérer aussi, par exemple l’attitude (approbation, réticences…) de la part des intermédiaires cléricaux chargés de mettre en application l’excommunication ou l’interdit… pour finalement évaluer l’efficacité – ou l’éventuelle contre-productivité – de ces mesures. La dimension de performativité discursive – laquelle constitue la plus forte spécificité des sanctions, mais aussi la plus difficile à saisir pour les historiens – pourra, de la sorte, être mise en valeur. De même les jeux sur le temps et les jeux d’immanence, de rétroactivité et d’auto-inculpation (en particulier avec les mécanismes de sanction ipso facto, a canone ou latae sententiae). On peut espérer ainsi rendre compte de l’extrême malléabilité pratique d’instruments dont les formes légales étaient (et demeurent) pourtant strictement définies.

Prendra tout son sens, dès lors, la comparaison entre des contextes très éloignés les uns des autres, des premiers siècles du christianisme au XXIe siècle. Avec pour objectif l’esquisse d’une typologie des formes et des usages de l’excommunication, de l’interdit et de la suspense.

Il s’agit donc d’envisager l’histoire des sanctions religieuses en termes de catégories de la pratique. En examinant leurs usages, leurs effets et leurs débouchés réels sous tous les aspects (sociaux et individuels), notre horizon est celui d’un questionnement général sur les aspects et les moyens idéels ou spirituels (discursifs, affectifs, intellectuels) de l’autorité et du gouvernement dans la tradition occidentale.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 30 septembre 2018 à l’adresse julthery@gmail.com

1. Voir par exemple, concernant l’Action française, les remarques d’Émile Poulat à ce sujet : https://www.cairn.info/revue-francaise-d-histoire-des-idees-politiques1-2010-1-page-141.htm

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.