Le colloque FULMEN 3, Sanction spirituelles et politique dans la catholicité du Moyen Âge à nos jours (Rome, Ecole française de Rome), aura lieu les 25 et 26 novembre 2021.

Organisation : Sylvain Parent (ENS Lyon), Julien Théry (Université Lumière de Lyon)

Comité scientifique : Fabien Archambault (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Vincenzo Lavenia (Università di Bologna), Agostino Paravicini Bagliani (SISMEL, Florence)

Après les journées inaugurales de Lyon (8-9 octobre 2018), consacrées aux Formes comparées de la coercition, de l’exclusion et de la réinclusion dans les traditions des trois monothéismes abrahamiques, et celles de Rome (14-15 janvier 2019), centrées sur Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles, ce troisième colloque international du cycle de recherches FULMEN aborde un aspect thématique majeur de l’histoire du « glaive spirituel » : sa place et ses usages dans la sphère politique à travers les âges, aussi bien dans les relations internationales que dans la vie intérieure des collectivités nationales ou locales.

Au plan de la géopolitique d’abord européenne, puis mondiale, les contributions permettront de mesurer la force et les limites de ces moyens d’action spécifique de la papauté que constituent l’excommunication et l’interdit, moyens qui renvoient directement à sa mission spirituelle – et dont l’usage expose donc toujours le Siège apostolique à l’accusation de dévoiement dans la poursuite d’intérêts trop matériels. Très peu examinées dans leurs caractères spécifiques (domination du flou et de la flexibilité, diffraction du pouvoir de sanctionner au sein du clergé, temporalité lente et marquée par l’itération, engagement des consciences individuelles, etc.) malgré le développement récent d’un certain intérêt historiographique, les sanctions spirituelles forment également des objets d’étude privilégiés pour aborder les phénomènes de confrontation, de conjonction et de tension entre autorité spirituelle et puissance séculière au sein des sociétés politiques. Leur étude offre un point de vue de longue durée sur le dualisme qui caractérise le pouvoir en Occident au moins jusqu’aux Lumières et sur les jeux dialectiques afférents – qu’il s’agisse de poussées des tendances théocratiques ou de « sécularisation » par la sacralisation des pouvoirs princier : à un âge d’or du gouvernement par les sanctions canoniques qui peut être identifié aux XIIe et XIIIe siècles, conditionné entre autres par la juridicisation des censures, succède un très lent recul, qui va de pair avec celui de l’universalité de la juridiction ecclésiastique.

Comment les usages et les effets politiques de l’excommunication et de l’interdit persistent-ils et se reconfigurent-ils au fil du temps, selon les contextes historiques et régionaux ? Ce colloque s’efforcera de mettre en parallèle des situations plus ou moins éloignées dans le temps et des exemples contemporains, tirés notamment, mais pas seulement, de contextes où l’Église conserve une forte emprise sociale, par exemple en Italie ou en Amérique latine.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.