B. Weber, « Une juridiction réservée, universelle et éternelle : les bulles ‘In Cena Domini’ » – La Sorbonne, 7 juin 2016

Dernière séance 2015-2016 du séminaire « Les hiérarchies juridictionnelles dans l’Eglise médiévale » organisé par Véronique Beaulande-Barraud et Elisabeth Lusset (CERHiC-E2616 / LAMOP-UMR8589) aura lieu à la Sorbonne (Université Paris 1) mardi 7 juin, de 17h à 19h, en salle Perroy :

Benjamin Weber (Université Jean-Jaurès – Toulouse 2), « Une juridiction réservée, universelle et éternelle : les bulles ‘In Cena Domini’ »

Hiérarchies de juridiction dans l’Eglise médiévale – Reims, 10 mai 2016

Journée d’étude du séminaire « Hiérarchies de juridiction dans l’Eglise médiévale » (org. V. Barraud-Beaulande, E. Lusset)

Mardi 10 mai 2016, 10h-17h, Université de Reims Champagne-Ardenne, Maison de la Recherche, salle R112

− 10 h : Thierry Pécout (Université de Saint-Étienne), « Qu’est-ce qu’un archevêque ? L’exemple des provinces d’Arles, Aix et Embrun (fin XIe-XIIIe siècle) »
11h 15 :  Arnaud Fossier (Université de Bourgogne), « L’évêque, l’abbesse et les moines : un litige florentin autour de 1300 »
14h 30 : Elisabeth Schmit (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le rôle des tribunaux ecclésiastiques dans le parcours juridictionnel de quelques appels portés devant les Grands Jours du parlement de Paris (milieu du XVe siècle). »
15h 45 : Véronique Barraud-Beaulande (Université de Reims), « Juridiction pénitentielle et ecclésiologie médiévale, XIIIe-XVe siècles »

Les cas réservés en Occident, XIIe-XVe siècles

Le dernier numéro de la Revue de Droit canonique (2015, 65/2) comprend un dossier dirigé par Véronique Beaulande-Barraud, consacré aux cas réservés en Occident du XIIe au XVe siècle. Ce dossier, issu d’une journée d’études qui s’est tenue à l’Université de Reims le 14 juin 2013, compte 4 contributions précédées d’une introduction de Véronique Beaulande-Barraud :

RDC 001Arnaud Fossier, Le droit d’absoudre. Concurrences juridictionnelles et communication des fors (v. 1130-v. 1320).

Véronique Beaulande-Barraud, Les cas réservés dans les statuts synodaux de la province ecclésiastique de Reims, 13e-14e siècles. Essai d’analyse d’une catégorie canonique.

Elisabeth Lusset, Confession, absolution des péchés et levée des censures. Les cas réservés chez les Cisterciens et les Chartreux (12e-15e siècles).

Emilie Rosenblieh, Les cas réservés et le pouvoir de dispense du pape au temps de la crise conciliaire (1ère moitié du 15e siècle).

 cas réservés au papeSommaire complet et résumés

 

EXCLURE DE LA COMMUNAUTÉ CHRÉTIENNE (IVe-XIIe s.), un ouvrage collectif paru chez Brepols

Exclure de la communauté chrétienne. Sens et pratiques sociales de l’anathème et de l’excommunication (IVe-XIIe s.), sous la direction de Geneviève Bührer-Thierry et Stéphane Gioanni, Turnhout : Brepols, 2015.

dIS-9782503555560-1

Présentation sur le site des éditions Brepols.

Résumé :

L’excommunication et l’anathème, « condamnation à la mort éternelle », théoriquement plus grave mais en réalité devenu rapidement synonyme, sont attestés dès les débuts du christianisme et suivent d’abord une évolution parallèle à celle de la pénitence : ils deviennent progressivement de moins en moins publics et de plus en plus renouvelables, devenant par là-même des instruments privilégiés du contrôle social par la pression exercée sur l’individu retranché de la communauté chrétienne.

Cet ouvrage s’interroge à la fois sur la législation ecclésiastique dans la longue durée – pour quelle faute encourt-on l’excommunication entre le IVe et le Xe siècle ? – et sur la pertinence de son application suivant les différents espaces, afin d’évaluer les modalités de la mise en place de cette norme canonique. Il permet de comprendre comment l’excommunication sert à définir et à délimiter les communautés et il étudie les formules et les rituels mis en œuvre.

Soutenance d’HdR de Véronique Beaulande-Barraud

Véronique Beaulande-Barraud, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, soutiendra son dossier d’Habilitation à diriger des recherches portant sur Justice(s) d’Église. Excommunication, officialités, pénitence, le samedi 5 décembre, à 14h30, à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (salle des thèses, bâtiment B).

 Le mémoire inédit présenté dans ce dossier porte sur

Les cas réservés en Occident, XIIIe-XVe siècles.
casJuridiction épiscopale, hiérarchie ecclésiale et pénitence

 Le jury est composé de :

M. Franck Collard, garant, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.
Mme Isabelle Heullant-Donat, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.
M. Martin Ingram, Associate Professor of Modern History, Université d’Oxford.
Mme Corinne Leveleux-Teixeira, professeur d’histoire du droit à l’Université d’Orléans.
M. Julien Théry-Astruc, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon Lumière.
Mme Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

 Résumé du dossier

Le dossier d’HDR présenté porte sur la juridiction ecclésiastique, principalement épiscopale, à la fin du Moyen Âge. Les travaux réunis mettent en lumière les pratiques judiciaires de l’Église et l’usage que celle-ci fait des censures canoniques, principalement l’excommunication. À la croisée de l’histoire de la justice et de l’histoire religieuse, ils éclairent l’Église comme institution d’encadrement des fidèles et comme structure de pouvoir, dont la spécificité est l’horizon spirituel de ses objectifs, à savoir non seulement la paix du corps social selon l’idéal de la charité chrétienne, mais aussi – surtout ? – le salut de ses membres. Les officialités apparaissent comme des structures privilégiées de l’interaction entre le corps clérical et les fidèles, non seulement de coercition par le biais pénal, mais également de dialogue, beaucoup de procès se terminant sans peine, voire sans sentence mais étant un espace du dialogue entre les parties. Le mémoire inédit met l’accent sur l’articulation des deux volets de la juridiction ecclésiastique, judiciaire et pénitentielle. L’étude des cas réservés met en valeur la construction de la hiérarchie ecclésiale par la définition de degrés dans la potestas absolvendi, la porosité entre les fors, loin d’une scission radicale entre « for interne » et « for externe », catégories inopérantes au Moyen Âge, l’affirmation par l’épiscopat des spécificités de leur ministère, par leurs compétences pénitentielles qui en font des relais de la grâce divine. Usant de formes d’encadrement, voire de coercition, variées, l’Église médiévale ne se pense cependant jamais autrement que comme vectrice de cette grâce.

 

Levée de l’excommunication encourue pour avortement à l’occasion du « Jubilé de la miséricorde »

A l’occasion du « Jubilé de la miséricorde », de décembre 2015 à novembre 2016, l’archevêque Rino Fisichella, en charge de ce Jubilé, a doté les prêtres nommés « missionnaires de la miséricorde » de la faculté exceptionnelle d’absoudre les fidèles coupables d’avoir procédé à un avortement (passible d’excommunication ipso facto) et repentants : un article de Ouest-France daté du 11 mai 2015. Le pape François, a ensuite étendu cette faculté à d’autres prêtres : un article sur le site de Francetv info, 1er septembre 2015.

Livre à paraître de Tyler Lange

Cambridge University Press annonce pour mars 2016 la publication d’un nouveau livre de Tyler Lange, consacré à l’excommunication pour dette à la fin du Moyen Âge : Excommunication for Debt in Late Medieval France. The Business of Salvation.

Tyler Lange (University of California, Berkeley) est déjà l’auteur d’un ouvrage qui ressaisit les origines de l’absolutisme français à travers les relations de la monarchie et de l’Eglise gallicane au tournant des XVe et XVIe siècles : The First French Reformation. Church Reform and the Origins of the Old Regime, Cambridge, Cambridge University Press, 2014, 310 p. 

 

Remariage et accès à l’eucharistie : un entretien avec le cardinal Antonelli

Alors que va s’ouvrir à Rome en octobre 2015 le Synode sur la famille, le cardinal Antonelli, président émérite du Conseil pontifical pour la famille, s’entretient avec le Père Santiago Martin, des Franciscains de Marie, au sujet de son livre Crise du mariage et Eucharistie  (Crisi del matrimonio e eucarestia, Milan : Ares, 2015).

Latran IV (1215), Genèse et postérité

« Latran IV (1215), Genèse et postérité : enjeux pour l’évêque ». Colloque de la Société d’histoire religieuse de la France et du Centre « Droit et société religieuse » de l’Université Paris-Sud, Samedi 7 novembre 2015.

Avec, notamment, une communication de Benoît Schmitz (ENS) intitulée « Du bon usage des censures : la postérité de Latran IV au XVIe siècle ».

LATRAN IV – Genèse et postérité enjeux pour l’évêque : programme

Le « takfir » et les accusations d’incroyance en Islam : un ouvrage collectif

Adang (Camilla), Ansari (Hassan), Fierro (Maribel), Schmidtke (Sabine), Accusations of Unbelief in Islam. A Diachronic Perspective on Takfir, Leyde : Brill, 2015.

« The present volume — the first of its kind — deals with takfīr : accusing one´s opponents of unbelief (kufr). Originating in the first decades of Islam, this practice has been applied intermittently ever since. The nineteen studies included here deal with cases, covering different periods and parts of the Muslim world, of individuals or groups that used the instrument of takfīr to brand their opponents — either persons, groups or even institutions — as unbelievers who should be condemned, anathematized or even persecuted. Each case presented is placed in its sociopolitical and religious context. Together the contributions show the multifariousness that has always characterized Islam and the various ways in which Muslims either sought to suppress or to come to terms with this diversity ».

89303

Présentation et table des matières.

Lana Martysheva, « Représenter un événement. L’absolution romaine d’Henri IV (1595) »

Lana Martysheva, « Représenter un événement. L’absolution romaine d’Henri IV (1595) »Revue Mabillon, 25, 2014, p. 231-264.

Résumé :

Différentes logiques et pratiques artistiques se sont rencontrées pour annoncer et diffuser la nouvelle de l’absolution romaine d’Henri IV par Clément VIII. L’article établit et compare diverses réactions destinées à suggérer des imaginaires des contemporains. À ce moment-clé du catholicisme royal henricien surgit un discours rassurant qui confirme la croyance dans un roi providentiel. Un discours qui est aussi prometteur : il révèle de nouveaux espoirs et de nouvelles ambitions. Dans le même temps, plusieurs oeuvres accentuent l’ambiguïté du triomphe d’Henri IV, roi qui est présenté avant tout comme un pénitent. La colonne dite de l’absolution ou d’Henri IV, placée à Rome en 1596 et très vite représentée sur plusieurs estampes, nécessite une attention particulière au vu de sa richesse symbolique mais doit être analysée avec prudence, sa polysémie reflétant celle de la construction de cet évènement même. Cette étude permet d’interroger et de confronter différents modes de conceptualisation de la royauté et de la papauté. Il s’agit donc d’interroger et de confronter les grammaires symboliques et conceptuelles à travers lesquelles un même événement fut pensé et représenté.

Different logics and artistic practices were used to announce and disseminate the news of the Roman absolution of Henri IV by Clement VIII. The article describes and compares the diverse responses that were intended to influence the imagination of contemporaries. At this key moment in Henrician royal Catholicism there emerged a reassuring discourse confirming belief in a providential king. It is also a discourse full of promises, revealing new hopes and new ambitions. At the same time many works accent the ambiguity of the triumph of Henri IV, a king who is presented above all as a penitent. The so-called column of absolution or column of Henri IV, erected in Rome in 1596 and rapidly depicted in several engravings, merits particular attention because of its symbolic richness, but it should be analyzed prudently, as its polysemy reflects that of the very construction of the event. This study questions and confronts different modes of conceptualization of royalty and the papacy and the symbolic and abstract grammars used to reflect on and represent a single event.

Die Neuigkeit der römischen Absolution Heinrichs IV. durch Clemens VIII. wurde mit ganzen verschiedenen Argumentationsmustern und künstlerischen Praktiken verkündet und verbreitet. Der Artikel präsentiert und vergleicht die verschiedenen Reaktionen und versucht, das Bild der Zeitgenossen darzustellen. Aus diesem Schlüsselmoment des henrizianischköniglichen Katholizismus erwächst ein beruhigender Diskurs, der den Glauben an einen unverhofften König bestätigt. Ein Diskurs, der überdies vielversprechend ist : er offenbart neue Hoffnungen und neue Ambitionen. Gleichzeitig betonen zahlreiche Werke die Ambiguität dieses Triumphs Heinrichs IV., eines Königs der vor allem wie ein Büßer dargestellt wird. Die nach der Absolution oder auch nach Heinrich IV. benannte Säule, die im Jahre 1596 in Rom aufgestellt und rasch in zahlreichen Graphiken dargestellt wurde, erfordert wegen des Reichtums ihrer Symbole eine besondere Aufmerksamkeit. Sie muß jedoch mit Umsicht analysiert werden, spiegelt ihre Mehrdeutigkeit doch jene der « Konstruktion » dieses Ereignisses selbst wieder. Diese Studie ermöglicht es, verschiedene Arten der Konzeptualisierung von König- und Papsttum zu prüfen und gegenüberzustellen. Folglich geht es darum, die symbolischen und konzeptuellen Grammatiken, durch welche ein Ergeignis gedacht und abgebildet wurden, zu befragen und gegenüberzustellen.

Christian Jaser, « Ostensio exclusionis »

« Ostensio exclusionis. Die päpstliche Generalexkommunikation zwischen kirchenrechtlicher Innovation und zeremoniellem Handeln », une communication de Christian Jaser au colloque international Die Päpste und die Einheit der Lateinischen Welt, Manheim, 16-18 octobre 2014, org. Bernd Schneidmüller (Université de Heidelberg), Stefan Weinfurter (Université de Heidelberg), Alfried Wiczorek (Reiss-Engelhorn-Museen de Mannheim).

heidelberg-papste