LES FORMES COMPARÉES DE LA COERCITION, DE L’EXCLUSION ET DE LA RÉINCLUSION DANS LES TRADITIONS DU JUDAÏSME, DU CHRISTIANISME ET DE L’ISLAM, DES ORIGINES A NOS JOURS, Lyon 8-9 octobre 2018

LES FORMES COMPARÉES DE LA COERCITION, DE L’EXCLUSION ET DE LA RÉINCLUSION DANS LES TRADITIONS DU JUDAÏSME, DU CHRISTIANISME ET DE L’ISLAM, DES ORIGINES A NOS JOURS

Lyon, 8-9 octobre 2018

Maison des sciences de l’homme de Lyon-Saint-Etienne, 14 av. Berthelot, Espace Marc Bloch.





Présentation

Le cycle de recherches collectives Fulmen a pour objet l’histoire des sanctions (ou censures) spirituelles dans la tradition chrétienne (excommunications, interdit, suspense), des origines à nos jours. En étudiant le fonctionnement et les usages de ces « censures », dont les attendus théologiques et les formes juridiques sont demeurées très stables depuis le Moyen Âge, c’est le régime des relations entre le religieux et le politique dans le temps long de l’histoire occidentale que l’on souhaite éclairer.
Le présent colloque, premier du cycle, vise à poser d’emblée un horizon comparatif par une confrontation avec les caractères de la contrainte religieuse dans les traditions hébraïques et musulmanes, de façon à mieux dégager les spécificités du christianisme – tout en soulignant celles du judaïsme et de l’islam.
On mettra donc en parallèle les formes du nidduy (exclusion temporaire) et du h’erem (mise à l’écart radicale) juifs, celles du takfîr (déclaration de mécréance) musulman, et celles de l’excommunication (principalement catholiques, mais également protestantes et orthodoxes). La notion d’hérésie et les phénomènes de violence religieuse seront nécessairement pris en considération, comme formes et débouchés extrêmes de la condamnation spirituelle.
Une telle démarche demeure assez rare, aussi bien dans le champ historiographique que dans celui des études religieuses. Plusieurs publications récentes ont certes tenté une comparaison des concepts assimilables à celui d’« hérésie » dans les trois monothéismes abrahamiques. Les modalités de la condamnation religieuse ont également fait l’objet d’un regain d’attention ces dernières années pour l’Occident médiéval et pour l’islam – mais de façon séparée. L’approche comparative générale, telle qu’elle est tentée ici, constitue un pari nouveau.
Deux grands axes organiseront la réflexion.
Le premier considérera les formes et degrés d’intensité de l’usage des sanctions dans l’exercice du gouvernement religieux, en relation avec les divers degrés de sophistication du fonctionnement de ces sanctions – le principal point de repère historique étant « l’âge d’or du gouvernement par les sanctions spirituelles » que représentent les XII e-XIV esiècles en Occident. Même si la Chrétienté latine a connu au second Moyen Âge une diffraction du pouvoir de lancer des sanctions canoniques, la forte centralisation institutionnelle de l’Église catholique contribue probablement à expliquer la place spéciale prise par ces instruments de gouvernement, tandis que les mondes hébraïques et musulmans sont marqués par la pluralité des autorités et par des régimes de relation différents entre médiateurs (« clergés ») et simples fidèles.
Le second axe envisagera les situations actuelles, dans la vie religieuse (et politique) des sociétés contemporaines. L’approche en terme de « traditions », c’est-à-dire d’héritages constamment réinterprétés, permet une mise en perspective historique pertinente des situations contemporaines : radicalisations politiques de l’islam, crise actuellement suscitée au sein de l’Église catholique par la « modernisation » via l’accès aux sacrements de fidèles en situation d’irrégularité, fragmentation du judaïsme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.