Epoque moderne

Bulle exc Luther

Bulla contra errores Martini Lutheri et sequacium (« Bulle contre les erreurs de Martin Luther et de ses partisans »).

 

 

Vasari (1511-1574), Musei Vaticani, Sala regia

Giorgio Vasari (1511-1574), Grégoire IX lance l’excommunication contre Frédéric II. Cité du Vatican, Palazzi vaticani, Sala regia.

 

ALI204617 Pope Gregory VII (b.1020) absolving Emperor Henry IV (1050-1106) (fresco) (b/w photo) by Zuccari, or Zuccaro, Federico (1540-1609) fresco Vatican Museums and Galleries, Vatican City, Italy Alinari Italian, out of copyright

Federico Zuccari (1540-1609), Grégoire VII absout l’empereur Henri IV. Cité du Vatican, Musei Vaticani.

 

Pie V, Salmantina

La Salmantina, cédule d’excommunication affichée dans la Biblioteca Antigua de l’Université de Salamanque (reprenant le décret d’excommunication des voleurs de livres dans les bibliothèques des monastères des frères de saint François promulgué par Pie V le 14 novembre 1568).

 

Camillo Procaccini, Ambroise interdit l'entrée de l'Eglise à Théodose, 1745, Milan

Camillo Procaccini (1555-1629), Ambroise interdit l’entrée de son église à Théodose. Milan, basilique Saint-Ambroise, Chapelle de la Déposition.

 

Barocci, détailFederico Barocci, Ambrogio_impone_penitenza_a_Teodosio_-_Foto_Giovanni_Dall'Orto_-_9-July-2007

Federico Barocci (1535-1612), Pénitence de Théodose, 1603. Dôme de Milan. Photos Giovanni Dall’Orto.

 

Van DickVan Dick, détail

Anthonis van Dyck (1599-1641), Ambroise et Théodose (sur un dessin de Rubens), 1619-1620. Londres, National Gallery.

 

Théodore Boeyermans (1620-1678), Coll. privée 2

Théodore Boeyermans (1620-1678), Ambroise refuse à Théodose l’entrée dans son église. Collection privée.

 

Juan de Valdès Leal, rejet de Théodose  Juan de Valdès Leal, absolution

Juan de Valdès Leal (1622-1690), Ambroise interdit à Théodose l’entrée dans son église et Absolution de Théodose, v. 1673.

 

Lissandrino 2 Lissandrino détail

Alessandro Magnasco, dit Lissandrino (1667-1749), Ambroise interdit à Théodose l’entrée dans son église, 1700-1710. Chicago, Art Institute.

 

SubleyrasSubleyras, étude, détouré

Pierre Subleyras (1699-1749) : Ambroise absolvant Théodose, 1745 (pour le couvent des Olivétain de Pérouse), Pérouse, Galleria nazionale dell’Umbria ; Etude préparatoire (papier et pierre noire), Paris, Musée du Louvre, Département des arts graphiques.

 

Deziani, détail

Gaspare Deziani (1689-1767), attribution hypothétique, Saint Ambroise refusant l’accès de son église à Théodose, détail. Collection privée.

Articles récents

LES FORMES COMPARÉES DE LA COERCITION, DE L’EXCLUSION ET DE LA RÉINCLUSION DANS LES TRADITIONS DU JUDAÏSME, DU CHRISTIANISME ET DE L’ISLAM, DES ORIGINES A NOS JOURS, Lyon 8-9 octobre 2018

LES FORMES COMPARÉES DE LA COERCITION, DE L’EXCLUSION ET DE LA RÉINCLUSION DANS LES TRADITIONS DU JUDAÏSME, DU CHRISTIANISME ET DE L’ISLAM, DES ORIGINES A NOS JOURS

Lyon, 8-9 octobre 2018

Maison des sciences de l’homme de Lyon-Saint-Etienne, 14 av. Berthelot, Espace Marc Bloch.





Présentation

Le cycle de recherches collectives Fulmen a pour objet l’histoire des sanctions (ou censures) spirituelles dans la tradition chrétienne (excommunications, interdit, suspense), des origines à nos jours. En étudiant le fonctionnement et les usages de ces « censures », dont les attendus théologiques et les formes juridiques sont demeurées très stables depuis le Moyen Âge, c’est le régime des relations entre le religieux et le politique dans le temps long de l’histoire occidentale que l’on souhaite éclairer.
Le présent colloque, premier du cycle, vise à poser d’emblée un horizon comparatif par une confrontation avec les caractères de la contrainte religieuse dans les traditions hébraïques et musulmanes, de façon à mieux dégager les spécificités du christianisme – tout en soulignant celles du judaïsme et de l’islam.
On mettra donc en parallèle les formes du nidduy (exclusion temporaire) et du h’erem (mise à l’écart radicale) juifs, celles du takfîr (déclaration de mécréance) musulman, et celles de l’excommunication (principalement catholiques, mais également protestantes et orthodoxes). La notion d’hérésie et les phénomènes de violence religieuse seront nécessairement pris en considération, comme formes et débouchés extrêmes de la condamnation spirituelle.
Une telle démarche demeure assez rare, aussi bien dans le champ historiographique que dans celui des études religieuses. Plusieurs publications récentes ont certes tenté une comparaison des concepts assimilables à celui d’« hérésie » dans les trois monothéismes abrahamiques. Les modalités de la condamnation religieuse ont également fait l’objet d’un regain d’attention ces dernières années pour l’Occident médiéval et pour l’islam – mais de façon séparée. L’approche comparative générale, telle qu’elle est tentée ici, constitue un pari nouveau.
Deux grands axes organiseront la réflexion.
Le premier considérera les formes et degrés d’intensité de l’usage des sanctions dans l’exercice du gouvernement religieux, en relation avec les divers degrés de sophistication du fonctionnement de ces sanctions – le principal point de repère historique étant « l’âge d’or du gouvernement par les sanctions spirituelles » que représentent les XII e-XIV esiècles en Occident. Même si la Chrétienté latine a connu au second Moyen Âge une diffraction du pouvoir de lancer des sanctions canoniques, la forte centralisation institutionnelle de l’Église catholique contribue probablement à expliquer la place spéciale prise par ces instruments de gouvernement, tandis que les mondes hébraïques et musulmans sont marqués par la pluralité des autorités et par des régimes de relation différents entre médiateurs (« clergés ») et simples fidèles.
Le second axe envisagera les situations actuelles, dans la vie religieuse (et politique) des sociétés contemporaines. L’approche en terme de « traditions », c’est-à-dire d’héritages constamment réinterprétés, permet une mise en perspective historique pertinente des situations contemporaines : radicalisations politiques de l’islam, crise actuellement suscitée au sein de l’Église catholique par la « modernisation » via l’accès aux sacrements de fidèles en situation d’irrégularité, fragmentation du judaïsme.

  1. Appel à contributions : Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles (déclaration, promulgation, publication, réitération, réconciliation, absolution) dans le temps long de la tradition chrétienne Laisser une réponse
  2. Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen (Nantes, 3-5 octobre 2018) Laisser une réponse
  3. Formes comparées de la coercition, de l’exclusion et de la réinclusion dans les traditions du judaïsme, du christianisme et de l’islam, des origines à nos jours : Lyon, 8-9 octobre 2018 Laisser une réponse
  4. SCOMUNICA E INTERDETTO NELLA TOSCANA DEL TARDO MEDIO EVO (San Miniato, 10 mai 2018) Laisser une réponse
  5. ANTONIA FIORI, « ESPROPRIARE E SCOMUNICARE », 2018 Laisser une réponse
  6. Excommunier le MRJC ? Laisser une réponse
  7. Article librement accessible en ligne Commentaires fermés sur Article librement accessible en ligne
  8. Correction filiale, hérésie, scandale Laisser une réponse
  9. Das Interdikt in der europäischen Vormoderne : colloque international, Venise, 27-29 avril 2017 Laisser une réponse
  10. Séminaire du laboratoire HISOMA Autorité et censure des Pères de l’Église – Lyon, 6 avril 2017 Laisser une réponse
  11. Conférence de Tyler Lange sur l’excommunication pour dette. ENS, 24 mars 2017 Laisser une réponse
  12. XVe Congrès international de droit canonique médiéval, Paris, Sorbonne, 17-23 juillet 2016 Laisser une réponse
  13. Opposition à l’exhortation apostolique « Amoris laetitia » : 45 universitaires et prêtres catholiques demandent aux cardinaux de corriger les « propositions erronées » Laisser une réponse
  14. Premières normes synodales pour l’application d’ « Amoris laetitia » : une interprétation restrictive dans le diocèse de Philadelphie Laisser une réponse