Epoque moderne

Bulle exc Luther

Bulla contra errores Martini Lutheri et sequacium (“Bulle contre les erreurs de Martin Luther et de ses partisans”).

 

 

Vasari (1511-1574), Musei Vaticani, Sala regia

Giorgio Vasari (1511-1574), Grégoire IX lance l’excommunication contre Frédéric II. Cité du Vatican, Palazzi vaticani, Sala regia.

 

ALI204617 Pope Gregory VII (b.1020) absolving Emperor Henry IV (1050-1106) (fresco) (b/w photo) by Zuccari, or Zuccaro, Federico (1540-1609) fresco Vatican Museums and Galleries, Vatican City, Italy Alinari Italian, out of copyright

Federico Zuccari (1540-1609), Grégoire VII absout l’empereur Henri IV. Cité du Vatican, Musei Vaticani.

 

Pie V, Salmantina

La Salmantina, cédule d’excommunication affichée dans la Biblioteca Antigua de l’Université de Salamanque (reprenant le décret d’excommunication des voleurs de livres dans les bibliothèques des monastères des frères de saint François promulgué par Pie V le 14 novembre 1568).

 

Camillo Procaccini, Ambroise interdit l'entrée de l'Eglise à Théodose, 1745, Milan

Camillo Procaccini (1555-1629), Ambroise interdit l’entrée de son église à Théodose. Milan, basilique Saint-Ambroise, Chapelle de la Déposition.

 

Barocci, détailFederico Barocci, Ambrogio_impone_penitenza_a_Teodosio_-_Foto_Giovanni_Dall'Orto_-_9-July-2007

Federico Barocci (1535-1612), Pénitence de Théodose, 1603. Dôme de Milan. Photos Giovanni Dall’Orto.

 

Van DickVan Dick, détail

Anthonis van Dyck (1599-1641), Ambroise et Théodose (sur un dessin de Rubens), 1619-1620. Londres, National Gallery.

 

Théodore Boeyermans (1620-1678), Coll. privée 2

Théodore Boeyermans (1620-1678), Ambroise refuse à Théodose l’entrée dans son église. Collection privée.

 

Juan de Valdès Leal, rejet de Théodose  Juan de Valdès Leal, absolution

Juan de Valdès Leal (1622-1690), Ambroise interdit à Théodose l’entrée dans son église et Absolution de Théodose, v. 1673.

 

Lissandrino 2 Lissandrino détail

Alessandro Magnasco, dit Lissandrino (1667-1749), Ambroise interdit à Théodose l’entrée dans son église, 1700-1710. Chicago, Art Institute.

 

SubleyrasSubleyras, étude, détouré

Pierre Subleyras (1699-1749) : Ambroise absolvant Théodose, 1745 (pour le couvent des Olivétain de Pérouse), Pérouse, Galleria nazionale dell’Umbria ; Etude préparatoire (papier et pierre noire), Paris, Musée du Louvre, Département des arts graphiques.

 

Deziani, détail

Gaspare Deziani (1689-1767), attribution hypothétique, Saint Ambroise refusant l’accès de son église à Théodose, détail. Collection privée.

Articles récents

LANCEMENT, RELANCES ET LEVÉE DES SANCTIONS SPIRITUELLES DANS LE TEMPS LONG DE LA TRADITION CHRÉTIENNE (Ve-XXIe s.). Colloque international, Rome, École française de Rome,14-15 janvier 2019

FULMEN 2

LANCEMENT, RELANCES ET LEVÉE DES SANCTIONS SPIRITUELLES DANS LE TEMPS LONG DE LA TRADITION CHRÉTIENNE (Ve-XXIe s.)

Colloque international

École française de Rome, CNRS-CIHAM/UMR 5648, Université Lumière de Lyon, Ecole normale supérieur de Lyon, CERHIC EA 2616/Université de Champagne Ardenne, CRIHAM EA 4270/Université de Limoges et de Poitiers


Présentation

Après les journées inaugurales de Lyon (8-9 octobre 2018) centrées sur une comparaison générale entre les formes de la coercition religieuse dans les traditions des trois monothéismes abrahamiques, et avant les colloques qui seront consacrés aux effets (géo)politiques des sanctions spirituelles (2020), puis aux résistances opposées à ces dernières (2021), cette deuxième rencontre du cycle de recherches FULMEN est entièrement consacrée aux mécanismes et au fonctionnement de l’excommunication, de l’interdit et de la suspense, depuis les origines jusqu’à nos jours.

L’approche ici privilégiée, qui n’est guère représentée dans l’historiographie malgré l’actuel regain d’intérêt pour la matière, consiste à examiner la pratique des sanctions spirituelles en portant d’abord l’attention sur leurs modalités formelles. Les études considèrent en général directement les enjeux contextuels des « condamnations », sans s’arrêter à leurs formes précises – lesquelles restent le plus souvent dans le flou[1].

Il ne s’agira donc pas d’évoquer en premier lieu, ni pour elles-mêmes, les configurations historiques d’ensemble dans lesquelles les sanctions (ou les menaces de sanctions) surviennent, mais de s’intéresser au départ à leurs détails techniques – en particulier juridiques – et à leurs modalités concrètes – notamment du point de vue de la chronologie détaillée –, qui seront rapportés aux situations pour considérer les divers effets

– sur les consciences individuelles,

– en termes d’opinion collective et de pression sociale,

– pour la construction de cadres de négociation entre le ou les détenteurs de l’autorité et les réfractaires,

– non sans considérer aussi, par exemple l’attitude (approbation, réticences…) de la part des intermédiaires cléricaux chargés de mettre en application l’excommunication ou l’interdit…

Ceci pour finalement évaluer l’efficacité – ou l’éventuelle contre-productivité – des mesures.

La dimension de performativité discursive – laquelle constitue la plus forte spécificité des sanctions, mais aussi la plus difficile à saisir pour les historiens – pourra, de la sorte, être mise en valeur. De même les jeux sur le temps et les jeux d’immanence, de rétroactivité et d’auto-inculpation (en particulier avec les mécanismes de sanction ipso facto, a canone ou latae sententiae). De même, encore, les flottements et la dimension d’incertitude qui semblent caractériser bien des aspects de la pratique aux yeux des acteurs et paraissent structuraux (à partir de quel moment exactement un sujet est-il frappé par une sanction, quelles sont censées être les conséquences exactes…). On peut espérer ainsi rendre compte de l’extrême malléabilité pratique d’instruments dont les formes légales étaient (et demeurent) pourtant strictement définies.

Cette problématisation resserrée, mise en œuvre collectivement, devrait donner tout sens à la comparaison entre des contextes très éloignés les uns des autres, des premiers siècles du christianisme au XXIe siècle. Avec pour objectif l’esquisse d’une typologie des formes et des usages de l’excommunication, de l’interdit et de la suspense. la comparaison entre des contextes très éloignés les uns des autres, des premiers siècles du christianisme au XXIe siècle. Avec pour objectif l’esquisse d’une typologie des formes et des usages de l’excommunication, de l’interdit et de la suspense.

Il s’agit donc finalement d’envisager l’histoire des sanctions religieuses en termes de catégories de la pratique. En examinant leurs usages, leurs effets et leurs débouchés réels sous tous les aspects (sociaux et individuels), l’horizon est celui d’un questionnement général sur les aspects et les moyens idéels ou spirituels (discursifs, affectifs, intellectuels) de l’autorité et du gouvernement dans la tradition occidentale.


[1] voir par exemple, concernant l’Action française, les remarques d’Émile Poulat à ce sujet : https://www.cairn.info/revue-francaise-d-histoire-des-idees-politiques1-2010-1-page-141.htm

Programme

Lundi 14 janvier

9.30
Pierre Savy – EFR
Accueil des participants
Présidence : Jean-Marie Le Gall
Conférence d’ouverture
Agostino Paravicini Bagliani – SISMEL
Le rite d’excommunication des rebelles de l’Église (XIe-XVIIIe s.). État de la question et problèmes de recherche
Arnaud Fossier – Université de Bourgogne
Introduction
Philippe Blaudeau – Université d’Angers
Damnatus numquamque anathematis vinculis exuendus. À propos de la condamnation pontificale d’Acace de Constantinople (484)
Valentina Toneatto – Université de Rennes
Les mécanismes de l’excommunication et d’autres formes de sanction dans les règles monastiques (Antiquité tardive-haut Moyen Âge)
Discussion


14.30
Présidence : Vincenzo Lavenia
Ionut Alexandru Tudorie – St Vladimir’s Orthodox Theological Seminary, Yonkers, NY
State vs. Church in Byzantium: Excommunication Used as a Spiritual Weapon Against the Byzantine Emperors
Federico Canaccini – Università di Bari
La scomunica come ricaduto del sostegno dei ghibellini a sovrani indegni Felicity Hill – Université de St Andrews
Publicising Excommunication : the Value of Public Denunciations
Véronique Beaulande-Barraud – Université de Reims Champagne Ardenne
Honneur des bourgeois, honneur de l’Église : lever l’excommunication des villes, France du Nord, XIIIe siècle
Discussion
Emilie Rosenblieh – Université de Besançon Excommunier en assemblée. Pratiques et justification de l’excommunication conciliaire (première moitié du XVe siècle)
Giulia Rainis
La « scomunica » degli animali (tardo Medio Evo ed età moderna)
Antonia Fiori – Università La Sapienza di Roma
Scomunicare per debiti : pene spirituali nella giustizia civile pontificia, tra Medio Evo ed Età Moderna
Discussion

Mardi 15 janvier

9.30
Présidence : Liliane Vana – Université Libre de Bruxelles
Jean-Marie Le Gall – Université de Paris 1 Excommunications, interdits et mises en proie pendant les guerres d’Italie
Jean-Pascal Gay – Université catholique de Louvain
Réserve des cas et hypernormativité à l’âge confessionnel : facultés, jeu sur le temps et autorité dans la Compagnie de Jésus entre le XVIe et le XIXe siècles
Marie Bouhaïk-Gironès – CNRS
Fausse condamnation, vraie rivalité. L’Église et le théâtre
Vincenso Lavenia – Università di Bologna
Scomunica e guerra nell’età moderna
Discussion
Christian Grosse – Université de Lausanne
Excommunication et absolution. Convergences et divergences des pratiques dans la tradition réformée (XVIe-XVIIIe s.)
Carlo Fantappiè – Università Roma Tre
La riconfigurazione canonica della scomunica nell’età degli Stati-nazione
Discussion
Présidence : Agostino Paravicini Bagliani


14.00
Claus Arnold – Université de Mayence
Les excommunications d’Alfred Loisy et de George Tyrrell : procédure longue et procédure rapide
Magali Della Sudda – CNRS
Condamner et soumettre : Sanctions spirituelles à l’épreuve des résistances à la condamnation de l’Action française (France 1926-1939)
Fabien Archambault – Université de Limoges
Autour de l’excommunication des communistes à la veille de l’Année Sainte 1950 : la Crociata del Grande Ritorno, l’Action catholique et le PCI
Discussion
Conclusions comparatistes
Julien Théry – Université Lumière de Lyon
Liliane Vana – Talmudiste, Université libre de Bruxelles
Omero Marongiu-Perria – islamologue, Institut d’étude du pluralisme religieux et de l’athéismeUniversité de Nantes et du Maine

  1. LES FORMES COMPARÉES DE LA COERCITION, DE L’EXCLUSION ET DE LA RÉINCLUSION DANS LES TRADITIONS DU JUDAÏSME, DU CHRISTIANISME ET DE L’ISLAM, DES ORIGINES A NOS JOURS, Lyon 8-9 octobre 2018 Laisser un commentaire
  2. Appel à contributions : Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles (déclaration, promulgation, publication, réitération, réconciliation, absolution) dans le temps long de la tradition chrétienne Laisser un commentaire
  3. Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen (Nantes, 3-5 octobre 2018) Laisser un commentaire
  4. Formes comparées de la coercition, de l’exclusion et de la réinclusion dans les traditions du judaïsme, du christianisme et de l’islam, des origines à nos jours : Lyon, 8-9 octobre 2018 Laisser un commentaire
  5. SCOMUNICA E INTERDETTO NELLA TOSCANA DEL TARDO MEDIO EVO (San Miniato, 10 mai 2018) Laisser un commentaire
  6. ANTONIA FIORI, “ESPROPRIARE E SCOMUNICARE”, 2018 Laisser un commentaire
  7. Excommunier le MRJC ? Laisser un commentaire
  8. Article librement accessible en ligne Commentaires fermés sur Article librement accessible en ligne
  9. Correction filiale, hérésie, scandale Laisser un commentaire
  10. Das Interdikt in der europäischen Vormoderne : colloque international, Venise, 27-29 avril 2017 Laisser un commentaire
  11. Séminaire du laboratoire HISOMA Autorité et censure des Pères de l’Église – Lyon, 6 avril 2017 Laisser un commentaire
  12. Conférence de Tyler Lange sur l’excommunication pour dette. ENS, 24 mars 2017 Laisser un commentaire
  13. XVe Congrès international de droit canonique médiéval, Paris, Sorbonne, 17-23 juillet 2016 Laisser un commentaire
  14. Opposition à l’exhortation apostolique “Amoris laetitia” : 45 universitaires et prêtres catholiques demandent aux cardinaux de corriger les “propositions erronées” Laisser un commentaire